LES PARTICULES ET LES MENTEURS de Samuel Sutra

Publié le

 

 

- Vous faites chier, les gonzesses. Vous changez d’avis comme de culotte. Avec toi, je pensais avoir de la marge, mais maintenant si ton côté chiant l’emporte sur l’hygiène, où on va ?!

Après Le pire du milieu, Samuel Sutra remet Tonton et ses acolytes en selle avec Les particules et les menteurs.
Ce coup-là est le coup du siècle, foi de Tonton ! Va falloir fricoter avec la particule pour arriver à ses fins. J’m’explique : le gros Gérard, bras gauche de Tonton, ressemble fort à un gars au sang bleu qu’on nomme le Vicomte De La Taille, celui-là même qui possède un tableau au doux nom de « Dame aux Godasses » très recherché par un collectionneur aux activités troubles.
Le plan est simple : le gros Gérard devient le Vicomte, et une fois dans la place, on récupère ledit tableau. Un plan sans faille, du tout cuit. Reste à peaufiner l’art et la manière, ce ne sera pas sans l’aide précieuse de la baronne Donatienne de Gayrlasse, figure incontournable de la noblesse rescapée.

Et ce fut tellement bon !
Dès lors que commence cette aventure, la verve pimentée, l’éloquence drolatique de Samuel Sutra ne s’arrêtera que 144 pages plus loin. C’est du non-stop de métaphores alambiquées, de dialogues facétieux et de situations burlesques à souhait. C’est intelligemment drôle, pour faire court.

Moi, Tonton, il me fait du bien. C’est du polar anti-déprime, on devrait pouvoir l’obtenir sur ordonnance. Si vous ne connaissez pas encore Samuel Sutra, il faut y remédier urgemment, question de santé publique !

Terriciaë (2012)
144 pages


 

L’AUTEUR

Samuel SUTRA est né en 1974. Naviguant entre jazz et littérature, cet ancien étudiant en philosophie à la Sorbonne dévoile ici son approche décalée de l'écriture. À trop se pencher sur les questions fondamentales de l'existence, parfois l'esprit bascule, et vise quelque chose de bien plus grave : faire rire, le plus sérieusement du monde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article