TUER JUPITER de François Médéline

Publié le

 

Le 2 décembre 2018, le corps du plus jeune président de la République française, Emmanuel Macron, rejoint le Panthéon devant les spectateurs du monde entier.

DAESH revendique l’attentat, la France est en émoi, les réseaux sociaux se couvrent d’un #RIPEM, les Grands de ce monde se joignent à l’effroi français, le Roi est mort, vive le Roi, le président Larcher et la première dame accompagnent le cortège sous l’œil de millions de français.

Le livre démarre sur cette date à jamais mémorable. Puis l’auteur va remonter le temps. Il va suivre dans une chronologie inversée les fils qui vont  jusqu’à l’origine de cette tragédie. De la main qui a agit jusqu’au gros bras qui a orchestré, pour enfin dévoiler le cerveau commanditaire.
Idée de génie que cette fiction politique qui se joue dans un futur si proche qu’on le touche.
Complot. Le mot est lâché dans une époque menée par les réseaux sociaux et les théories en tous genres qui fleurissent à longueur de fil d’actualité. L’info est malade, entre les fake news et les commentaires de tout bord, les français sont noyés de vide. Les masses sont manipulées. L’auteur y va lourdement sur cette oppression numérique dont chacun est dépendant. Son texte est empli de marques de produits de consommation d’une technologie dont l’homme moderne se gargarise et qui au final le prive de réflexion.

Il y eut du brouhaha. Dans le radio-cassette Radiola. Dans l’iPhone X. Dans le téléviseur LG. Dans le Galaxy S5.

On va se trouver tour à tour dans l’intimité de « grands » hommes politiques, ceux qui font la pluie et le beau temps sur notre vaste monde. Donald Trump, Vladimir Poutine. Caricatures ? Peut-être. Mais c’est drôle, grinçant et quand même anxiogène. L’absurde domine. Nous sommes peu de chose.
Et il y a ce chapitre, à la morgue, qui va pouvoir préciser la rogne vaine du français moyen face à une politique dont il ne maîtrise rien.
Et tout cela sonne vrai. Trop vrai. François Médéline est un génie. Son texte est à la fois caustique, tendre quand il ramène nos politiques à des êtres humains, et désespérant quand est posé le point final. C’est un livre qui résume bien ce début de siècle. Un livre intelligent.
C’est la rentrée littéraire, lis Tuer Jupiter.

La Manufacture de Livres (2018)
221 pages

 

L’AUTEUR

Il est diplômé de l'Institut d’Étude politique de Lyon où il a été chargé d'enseignement et de recherche (en particulier en sociologie politique). La Politique du tumulte (La Manufacture de livres, septembre 2012) est son premier livre. En 2014, Les rêves de guerre, chez le même éditeur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article