LES DYNAMITEURS de Benjamin Whitmer

Publié le

 

 

Denver n'était qu'une vaste brume chargée de poussière, et la rivière était basse dans la chaleur de l'été. C'était un mélange poisseux d'eau des égouts et de sang des abattoirs, qui s'écoulait à peine. Les rares étoiles du soir qui parvenaient à percer la fumée des feux de charbon et des cheminées d'usine se désintégraient à la surface des langues de courant entremêlées de la Platte.

En 1895, Denver est un cloaque pestilentiel. La misère humaine s'étale souillant jusqu'à l'enfance. Alors que la violence accompagne la désolation, Cora, adolescente, s'est réfugiée avec une douzaine d'orphelins dans une usine désaffectée. Là, elle lutte chaque jour pour que le monde des adultes ne vienne pas les salir plus encore. Sam, le narrateur, ne vit que par et pour Cora. Sam sait lire. Il a lu les grands auteurs classiques. C'est un cadeau que lui a fait son père avant de disparaître. C'est ce cadeau qui le fera embaucher par la mafia locale pour être l'interprète de Goodnight, mi-homme, mi-monstre, à l'âme aussi brûlée que le corps. C'est ce cadeau qui le conduira au plus noir de l'être humain.

Peut-on parler du parcours initiatique d'un adolescent dans le tumulte d'une ville en enfer ? L'histoire de Sam est surtout celle, rude, d'une enfance maltraitée, d'une enfance piétinée par les Crânes de Nœud, les adultes assassins d'un territoire qui se voulait vierge et innocent. Grandir parmi la lie peut-il laisser espérer une vie d'adulte heureuse, ou même une vie d'adulte tout court ?
Au milieu de l'horreur, de la saleté, du sang et de miasme putrides, au cœur de sentiments comme la terreur et la désespérance, l'auteur arrive à nous chuchoter quelques lambeaux d'amour rescapés de l'anéantissement, il laisse effleurer l'espoir d'un humanisme survivant. Quelque part dans le cœur de l'Homme.
Dans l'obscurité d'un texte saisissant, Benjamin Whitmer laisse filtrer la poésie d'un rai de lumière. Il a la plume brillante des grands auteurs américains.

Gallmeister (2020)
Traduit de l'américain par Jacques Mailhos
388 pages

 

L'AUTEUR
Benjamin Whitmer  a publié des articles et des récits dans divers magazines et anthologies avant que ne paraisse son premier roman, Pike, en 2010. Traduit en français en 2012, ce texte a immédiatement séduit tous les amateurs du genre. En 2018, son nouveau roman Évasion paraît en France en avant-première mondiale.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article