UN DE BAUMUGNES de Jean Giono

Publié le

 

 

Il pousse son verre et il souffle un soupir long de ça, que dans sa poitrine grosse comme deux miennes ça a fait un ronflement de vent collinier.

Albin vient de Baumugnes, une terre qui touche le ciel, loin là-haut dans la montagne. Journalier, ce soir, à la buvette du Piémont, il raconte son malheur à Amédée, un vieux, journalier aussi. Il raconte son amour perdu dans les bras d'un autre, un type de Marseille, un jeune tout creux comme un mauvais radis. Amédée, touché au cœur, se propose de l'aider.

Ainsi démarre cette tragédie gonflée d'amour, un amour entier, pour une femme, pour des hommes de la terre, pour une nature bienveillante qui accompagne et nourrit. Ce livre, qui est le deuxième tome de la trilogie de Pan, impose la beauté face à la laideur des hommes quand Colline, le premier tome, avançait une nature violente et dominatrice, rappelant à l'Homme sa petite place ici bas.
Et, bon sang, Giono est un génie du verbe.
Le territoire fait les hommes et les hommes façonnent le territoire et qui mieux que Giono pour faire résonner la musique d'un pays ? Sur fond d'harmonica, dans le souffle de la Tramontane, dans les pluies diluviennes qui nettoient les souillures, dans la poitrine d'hommes rudes, d'hommes blessés par le mal venu de la ville, Giono fait chanter les mots, Giono fait s'exprimer les feuilles des platanes, il rend belle chaque virgule reliant l'homme à la nature et ça sent la résine et le champignon et l'odeur de la mousse épaisse.
Un de Baumugnes est un essentiel.

Grasset (1929)
125 pages


L'AUTEUR
Écrivain français, Jean Giono est l'auteur de nombreux livres sur le thème de la ruralité provençale dont Le Hussard sur le toit, L'homme qui plantait des arbres, Regain ou encore Que ma joie demeure.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article