L'ENFANT QUI de Jeanne Benameur

Publié le

 

 

Les lettres que tu traces n'ont pas besoin de tes yeux. Tu les sens du bout des doigts. Dans l'ombre humide de la rivière tu parles à ta mère. Sa langue sauvage est en toi pour toujours. Et toujours c'est juste ta petite vie sur cette terre.

L'enfant marche sans s'arrêter, il se fond dans une forêt protectrice. La forêt cajole, le bruit de la rivière se mêle à la voix maternelle. Des verts éblouissants l'entourent, le vert, couleur complémentaire du rouge, rouge la robe aérienne de la mère. La mère partie ou disparue ou morte ou...
L'enfant, le père, la grand-mère et l'absence. Et la nécessité pour l'enfant de se construire malgré le vide. Comment grandir, comment devenir quand le père souffre du même vide, quand le père s'enferme dans son accablement ?
Tant que les mères marchent auprès de nous, nous n'avons pas à nous soucier de la route. Nous marchons dans l'innocence de notre propre pas.
Mais quand l'abandon s'est substitué à la chaleur des bras de la mère ?
L'enfant, les enfants se créent un univers onirique pour répondre à toutes les questions qui restent sans réponse. Pour palier aux erreurs des adultes, pour pousser malgré un tuteur défaillant.
L'enfant ne peut vivre la solitude, il est suivi par le chien, rassurant, fidèle. Le chien que lui seul voit.
L'imagination de l'enfant est son seul moyen de résilience.

L'auteure s'adresse à l'enfant, un tutoiement qui met le lecteur sur ses pas, il n'y aurait qu'à tendre le bras pour lui passer la main dans les cheveux. Et j'en ai eu l'envie, le caresser, lui demander de s’asseoir un peu, de reposer son être si jeune encore. Ce texte de Jeanne Benameur est d'une grande beauté, un lyrisme à la fois déchirant et touchant, le thème de l'enfance abîmée est universel, il touche chacun de nous et la poésie des mots permet d'accéder aux tréfonds de cet enfant que nous ne sommes plus. L'entendre respirer, l'entendre créer l'image de l'absente, modeler des souvenirs, se rassurer.
Je découvrais Jeanne Benameur avec cette œuvre, je continuerai la découverte de cette plume éclatante.

Actes Sud (2017)
120 pages

 

L'AUTEUR
Professeure de lettres jusqu'en 2001, elle a publié chez divers éditeurs, mais particulièrement Denoël en littérature générale, et les éditions Thierry Magnier. Elle est également directrice de collection, aux Éditions Thierry Magnier et chez Actes Sud-junior. Elle a reçu en 2001 le Prix Unicef pour son roman Les Demeurées, l’histoire d’une femme illettrée et de sa fille (Denoël, 2000).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article