UN JOUR COMME LES AUTRES de Paul Colize

Publié le

 

 

Dans 423 jours au plus tard, il réapparaîtra, quelque part au bout du monde, amaigri, flottant dans ses habits. Il chassera les doutes, apportera les réponses, me libérera de ma culpabilité.
Tout rentrera dans l'ordre.

Emily s'est retirée en Italie depuis la disparition de son compagnon Eric. C'était il y a deux ans. Elle attend son retour. Chaque année, de nombreuses personnes s'évaporent sans explication. La personnalité d'Eric et d'autres disparitions similaires vont mettre en branle la pugnacité d'Alain Lallemand, journaliste tenace qui ne lâchera l'affaire qu'une fois résolue. Est-ce l'acharnement de cet universitaire à défendre les causes les plus désespérées qui est la clé de l'affaire ? Est-ce que la troublante Emily a mis toutes les cartes sur la table ? Ou faut-il voir plus loin encore, plus haut ?

Paul Colize, comme a son habitude, construit minutieusement son intrigue. Chaque pièce du puzzle est précieusement agencée. Pas de passage pour « faire joli », tout doit être utile pour faire avancer le scénario. La caractéristique prégnante de cet auteur reste la forme. A l'instar de la couverture recouverte de nombres, Paul Colize a une écriture presque mathématique, d'autres diront minimaliste ; des phrases courtes, visant l'essentiel du propos, bannissant adverbes et adjectifs inutiles, tout en gardant une fluidité de lecture et un verbe élégant.

Pour revenir à l'histoire, si je mets de côté mon bémol autour de mignardises amoureuses trop appuyées, signes que l'auteur est un doux romantique (Emily et son tendre évanoui, Fred* le journaliste et sa douce Camille, un curé qui s'épanche, un blogueur qui s'amourache), le fond de l'affaire emmène le lecteur vers des sphères élevées d'un système où le plus fort écrase le fâcheux gênant. Un jour comme les autres est un polar à l'ancienne parce que limpide et efficace, parce que ses personnages ne sont pas alcooliques et dépressifs, parce qu'il n'y a pas de scènes de tripes à l'air ou de dépeçage en règle. C'est un roman de divertissement, documenté et intelligent.

* Fred est le personnage borderline du roman Zanzara.

HC éditions (2019)
441 pages

 

L'AUTEUR

Paul Colize est un auteur belge. Grand passionné de romans policiers depuis son plus jeune âge, ses romans se caractérisent par une documentation fouillée, une intrigue sophistiquée et un grand sens de l’humour. Il reçoit de nombreux prix dont le Prix Saint-Maur en poche 2013 pour Back up ; le Prix Landerneau Polar, le Prix Boulevard de l'Imaginaire et le Prix Polars Pourpres pour Un long moment de silence ; le Prix Plume de Cristal, le Prix Arsène Lupin et le Prix des lecteurs Sang d'Encre pour Concerto pour 4 mains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article