VIVRE VITE de Philippe Besson

Publié le

 

Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre. (Willard Motley)
James Dean, fauché dans sa jeunesse, icône de toute une génération, starifié après avoir tourné seulement trois films. Dans ce livre, Philippe Besson nous ranime le comédien au travers de témoignages. James Dean raconté par sa mère, par sa tante, par ses amants, … on le voit naître, grandir, se distinguer, s’opposer,… puis s’imposer.

(…) je me suis longtemps demandé si ceux qui vont mourir ont la prémonition que leur existence sera brève. Et si, du coup, cela les conduits à vivre plus intensément.

Autant, le personnage peut plaire par son côté « abîmé », son air d’homme torturé mais brillant, autant il m’a peu touché finalement. Combien d’artistes se sont brûlés dans les studios hollywoodiens ? Combien en sont morts ? Certes, ils se sont cramés aux médicaments, ou autres poudres blanches, et non pas dans une Porsche qui roulait trop vite. Moi j’y ai vu un comédien encensé, crevant l’écran (ce dont je ne peux douter n’ayant pas vu les films) qui n’était qu’un égoïste, vivant son plaisir, vivant ses désirs sans se préoccuper de savoir si sa moto allant à toute berzingue faucherait ou non une vie. Excusez mon côté prosaïque qui a du mal à s’apitoyer sur la vie de stars à qui l’on donne tout et qui n’en font rien.
Mais si l’on reste sur l’idée que Hollywood vend du rêve et du drame et que cela touche la ménagère de moins de cinquante ans, alors oui, la vie de James Dean peut inspirer.
Ce livre, je n’ai fait que le traverser.

Julliard (2014)
238 pages

 

L'AUTEUR

Depuis Son frère, publié en 2001 et adapté dans la foulée par le réalisateur Patrice Chéreau, Philippe Besson, auteur, entre autres, d'En l'absence des hommes, L'Arrière-saison, Une bonne raison de se tuer, De là, on voit la mer et La Maison atlantique, est devenu un des auteurs incontournables de sa génération. Un tango en bord de mer, sa première pièce, est jouée à Paris à l'automne 2014 et publiée parallèlement chez Julliard.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article