DANSER AU BORD DE L'ABÎME de Grégoire Delacourt

Publié le

 

 

J’ai lu chacun des romans de Grégoire Delacourt.
J’ai aimé chacun des romans de Grégoire Delacourt.
Puis j’ai lu la 4ème de couverture de Danser au bord de l’abîme :
Emma, quarante ans, mariée, trois enfants, heureuse, croise le regard d’un homme dans une brasserie.
Aussitôt, elle sait.

Je n’ai pas aimé Emma à ce moment-là.
J’ai mal commencé cette lecture. J’avais, avant même de lire l’incipit, de forts à priori sur cette femme légère, naïve, que sais-je ? Inconséquente ?
Après lecture de quelques-uns des chapitres partant du 72ème et allant décroissant jusqu’où ? Un tournant ? Une cassure ? Un bouleversement ?, après donc quelques pages lues, je n’aimais pas plus Emma. Emma va abandonner mari et enfants pour vivre une passion avec un inconnu… ses enfants. Je ne veux toujours pas la comprendre.

Je suis amoureuse.
Je suis fiancée au désir – on dit promise, aussi
Promise au désir.

J’ai mal commencé cette lecture.
Et puis les mots de l’auteur ont commencé leur danse. C’est un Boléro de Ravel. Des caresses et des griffures légères pour commencer, un rêve et un abandon. Oui, Emma désire. Entre culpabilité et brûlure au bas du ventre. Et les mots continuent leur œuvre, plus fort. Emma est une femme. Emma est un corps. Emma est toutes les femmes. Et cette lecture commence à me parler. Le rythme s’accentue, des formes d’amour différentes s’affrontent, des perceptions nouvelles, des conflits au fond de la poitrine. Emma a mal mais Emma ne regrette pas. Et c’est dans un tumulte d’émotions, quand les sentiments des uns et des autres sont bousculés jusqu’à flirter avec la mort, quand les rancœurs laissent place à l’écoute, quand enfin j’ai compris Emma, c’est là alors que les mots magnétiques de Grégoire Delacourt tout empreint de cette poésie qui lui est propre te bouleverseront à en baigner tes joues.
Un hymne au corps féminin, un hommage à la femme, et plus encore une place rendue au désir.
Un livre pour les femmes qui se sont oubliées, un livre pour les hommes qui auraient oublié.

JCLattès (2017)
360 pages


L’AUTEUR

Après le succès mondial de La Liste de mes envies (plus d’un million d’exemplaires vendus), de La première chose qu’on regarde, d’On ne voyait que le bonheur (130 000 exemplaires vendus) et de Les quatre saisons de l’été en 2015, Grégoire Delacourt revient avec un roman bouleversant, Danser au bord de l’abîme.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article